Métier de jardinier : les compétences requises, formations et débouchés

Êtes-vous un amoureux de la nature et pour cela, souhaitez-vous devenir jardinier ? Ce spécialiste, un vrai professionnel de la nature, effectue différents travaux, en fonction de la saison. Ceux-ci vont de la préparation des sols à la mutation des semis. Il veille à la santé de tout espace vert et à son embellissement. Mais quelles sont les compétences requises et les formations à suivre pour devenir jardinier ? Et quels en sont les débouchés ?

Compétences requises pour devenir jardinier

Si vous souhaitez devenir jardinier, en voici les compétences requises. Tout d’abord, vous devez avoir théoriquement de bonnes connaissances sur la nature. En d’autres termes, vous devez connaître quand semer, récolter et quelles plantes cultiver à quel endroit. Vous devez également savoir les besoins particuliers de chaque plante, tout comme les vigilances et traitements nécessaires. En plus de tout cela, un jardiner doit être sociable étant donné qu’il va être amené à collaborer avec d’autres personnes, notamment s’il travaille dans une société ou pour une collectivité locale. Et s’il travaille à son compte, il doit savoir communiquer aisément avec ses clients. Et en plus d’aimer travailler au contact de la nature, d’être créateur et minutieux, un spécialiste de jardin doit être en bon état de santé et avoir des qualités d’endurance car il va travailler même en mauvais temps et dans différentes postures (replié, courbé, à genoux…). Il lui arrive même souvent d’épauler de lourdes charges. Êtes-vous passionné par ce métier ? Voyons ci-dessous les types de formations permettant de devenir jardinier.

Formation en jardinage et salaire

Nombreux sont les formations en jardinage et diplômes menant à la profession de jardinier, pour ne citer que le Bac technologique sciences et technologies de l’agronomie et du vivant, le Bac pro productions horticoles, le CAP agricole productions horticoles et le CAP agricoles travaux paysagers. Toutefois, par chance, il existe des jardiniers qui sont embauchés sans diplôme, bien qu’avoir suivi une formation y afférente est un plus pour facilement trouver du travail. En ce qui concerne le salaire, souvent, un professionnel du jardin commence au SMIC, avec un salaire brut par mois de 1 467 €, pouvant aller jusqu’à 1 600 € brut. Un professionnel expérimenté, lui, peut percevoir mensuellement 2130 €. S’il travaille à son compte, le type de travaux qu’il réalise ainsi que ses clients déterminent sa rémunération. Maintenant que vous connaissez les différents types de formations en jardinage, réalisez votre rêve de devenir jardiniste professionnel.

Quels en sont les débouchés ?

Un artisan jardinier peut travailler pour une institution ou pour une entreprise publique. Dans ce cas, il sera intégré dans un groupe. Mais il peut aussi travailler dans une entreprise privée (spécialisée dans les travaux paysagers ou jardinière) ou encore au compte de particuliers, en montant son propre affaire. Cependant, avec cette dernière option, souvent il doit travailler les samedis. En travaillant pour une institution ou encore pour une société privée, il pourra devenir chef d’équipe et même chef de projet, plus tard. S’il se décide de suivre une formation additionnelle comme un BTSA technico-commercial spécialité agrofournitures ou aménagements paysagers, il pourra occuper un poste de responsable d’une jardinerie ou d’une entreprise. En voulant travailler pour des particuliers, il peut soit créer son entreprise de jardinage et embaucher des agents (ce qui est très intéressant, financièrement parlant), soit s’établir comme artisan à son propre compte. Il y a également des spécialités pouvant conduire un spécialiste du jardin généraliste à exercer son métier dans des domaines spécifiques. A titre d’exemple : en passant le CS jardinier des sols sportifs engazonnés et de golf, il pourra être artisan jardinier de golf.