Jardinier paysagiste : définition, qualités requises et formations à suivre

Ne supportez-vous plus le fait de travailler en bureau ? L’extérieur vous détend, vous ressource et est vital pour vous ? Si, en plus, vous aimez la nature et le jardin, alors vous comprendrez que la profession de jardinier paysagiste est faite pour vous. Des informations sur le métier et sur les formations pour entrer dans le monde du paysagiste sont invoquées ici.

Description du métier de jardinier paysagiste

Le jardinier paysagiste s’occupe de la création et de l’aménagement des jardins publics, privés et des espaces urbains. Son travail commence dans un bureau d’étude où il conçoit sur plan son projet. Si ce dernier est approuvé par le client, il pourra le mettre en œuvre. Le métier d’un paysagiste est très complet. En effet, il ne suffit pas de savoir décorer les plantes mais le professionnel doit également être capable de monter un mur, une terrasse, un abri de jardin et d’installer un système d’arrosage automatique. De plus, le métier comporte un volet entretien. La conception de jardin n’est pas l’unique mission de ce professionnel de la nature car il est aussi chargé d’entretenir les espaces verts qu’il crée. Cela exige des connaissances en élagage, en végétaux, mais aussi en outils et machines à utiliser dans l’accomplissement du travail. Devenir jardinier paysagiste c’est s’autoriser de travailler dans un univers totalement différent de celui des autres professionnels. Si vous résistez au froid, à la sècheresse et à la pluie, le métier est fait pour vous.

Les qualités nécessaires pour être paysagiste

Pour devenir jardinier paysagiste, il faut tout d’abord être un amoureux de la nature, connaître parfaitement les végétaux et apprécier le travail en extérieur. Il faut posséder également des compétences en travaux publics, en génie civil et en architecture. Ensuite, le paysagiste gère souvent un projet, de A à Z. Pour cela, il doit faire preuve d’une bonne organisation pour assurer l’exécution d’un ouvrage dans le temps. Par ailleurs, la conception d’un espace vert demande à la personne d’avoir un esprit créatif pour que les plantes s’assemblent de manière harmonieuse et que les couleurs de chaque élément soient mises en avant. Par ailleurs, le paysagiste est parfois soumis à de nombreuses contraintes du côté du budget, du temps et d’espace. Dans ce cas, il s’adaptera à la situation en proposant un projet qui répondra aux désirs de son client.

Les formations et études à suivre pour devenir paysagiste

Pour exercer ce métier, rien ne vaut la possession d’un diplôme d’État de paysagiste. Celui-ci s’acquiert au bout de trois (03) ans de formation paysagiste à l’école nationale supérieure du paysage de Versailles, de Marseille et aux écoles nationales supérieures d’architectures et de paysage de Bordeaux et Lille. Pourtant, d’autres parcours sont réalisables comme le Bac pro en Aménagement paysagers, le Bac pro en Productions horticoles, le Bac pro technicien conseil-vente produits de jardin ou encore le Bac technologique en sciences et technologies de l’agronomie. Mais vous pourrez également suivre un parcours vous permettant d’obtenir un Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA) en aménagements paysagers, après votre Bac. Si vous choisissez ce parcours, vous apprendrez à gérer un aménagement paysager, de l’étude à la réalisation finale. Quant aux paysagistes salariés ou indépendants, les personnes en reconversion ou les demandeurs d’emploi, ils peuvent suivre une formation continue de designer d’espaces option Paysagiste (titre RNCP niveau 5) à image formation paysagiste pour compléter leurs compétences et acquérir les bases du métier.